J’ai assisté aux soutenances de projets des étudiants de licence pro domotique et santé, ce jeudi, au Centre de ressources Domotique de Guéret. En effet j’y dispense quelques heures d’enseignement depuis l’an passé.

C’est un moment toujours très intéressant où les étudiants, par groupes de 2 ou 3 nous présentent le résultat de longs mois de travail de recherche, de réflexion…

Cette année, 6 projets, avec divers thèmes comme par exemples : la gestion du stress par un équipement multifonctions / reprendre le contrôle de son smartphone / l’expertise du risque grâce aux outils de simulation / la domotique au service du développement durable des territoires…

Pourquoi choisir de vous parler de cette journée ?

Eh ! Bien parce qu’elle est assez représentative d’une partie de notre discours. Oui, nous l’affirmons, notre territoire possède de nombreuses richesses (cette fois il s’agit de matière grise essentiellement), mais qu’en fait-on ici, localement ?

Petite aparté pour commencer…

Il est important tout d’abord de préciser que le CRD n’accueille plus la formation en master domotique et santé. Des étudiants qui, eux aussi, menaient des travaux de même nature, avec bien entendu un niveau d’analyse et de proposition plus approfondi et abouti. La disparition de cette formation n’a étonnement guère suscité de réactions au niveau de la Communauté d’agglomération qui a la charge de ce CRD.

Revenons maintenant à cette journée de soutenance

De l’avis unanime de ceux qui ont participé à la matinée, à l’après-midi, ou à toute la journée, nous avons entendu de bons, voire très bons contenus et assisté à de très belles prestations sur la forme.

Beaucoup d’informations, d’explications et de propositions intéressantes surtout.

Que vont devenir ces réflexions, que vont devenir les idées de produits ou services qui en émergent ?

Eh ! Bien ils finiront dans des cartons d’archive quelque part dans une pièce du Centre de Ressources Domotique… Comme tous ceux des années précédentes. Cela nous rappelle étrangement le projet de développement économique autour des éco-activités, resté dans un tiroir depuis 2014.

Alors bien entendu, depuis qu’à la fin du mois de juin, j’ai un peu secoué le bocal, à l’occasion de la présentation de ce qui était alors l’association Guéret 2020, les poissons s’agitent… mais cela ne changera pas grand chose… On ne rattrape pas en quelques mois l’immobilisme de plus d’une décennie.

La matière grise que ces étudiants nous apportent est perdue pour nous, abandonnée là… et cela dure depuis que ces formations existent au Pôle ! Des dizaines et des dizaines de projets, d’idées ces dernières années… perdues pour notre territoire !

Voilà donc, par exemple, comment, ici, nous perdons bêtement des richesses (intellectuelles en l’occurrence).

Les représentants de la Com d’agglo ne sont là qu’épisodiquement d’ailleurs pour assister à ces soutenances.

Bien dommage ce gaspillage de richesses, de ressources.

Nous pourrions en effet imaginer que des professionnels soient chargés de repérer les idées les plus intéressantes, puis d’aider les étudiants à approfondir les analyses, techniques, commerciales, financières… leur donner des conseils. D’autant que les structures sont nombreuses ici pour intervenir et je vous garantie que nombre de dirigeants d’entreprises seraient partants.

Outre les ressources humaines, nous disposons donc des ressources matérielles et des équipements pour cela.

Vous voyez pour exploiter ces ressources il faudrait juste en avoir la volonté !

Dernière observation, toujours dans le sens du gaspillage, de la mauvaise utilisation de nos ressources.

Il y a quelque chose qui m’a rapidement frappé lorsque j’ai commencé à enseigner l’année dernière dans ce CRD.

Encore une fois, la plupart des projets sont menés avec sérieux. Certains d’entre eux se traduisent par des idées de services, de produits, d’équipements.

Il se trouve que la Communauté d’agglomération ne gère pas que ce CRD. Elle gère aussi, entre autre, la Quincaillerie (ex Quincaillerie numérique). Or cette Quincaillerie est équipée depuis de nombreuses années de plusieurs imprimantes 3D, ou encore d’une découpeuse laser et plus généralement elle est destinée à co-construire des idées, des activités… On voit alors tout de suite comment cette Quincaillerie pourrait être utile aux étudiants ! Eh ! Bien aussi incroyable que cela puisse paraître, aucun pont n’est établi entre les deux !!! Pourtant M. Correia met souvent en exergue l’un comme l’autre, il n’y a qu’à lire le journal La Montagne pour s’en convaincre… Mais le lien évident ne lui est pas venu à l’esprit, pas plus qu’à celui de ses adjoint.e.s !

Des richesses qui se perdent, des outils qui sont sous utilisés, voire pas utilisés, pour en créer.

Vous voyez, nous pouvons vous donner des illustrations très concrètes de ce qui ne fonctionne pas correctement ici et de ce qui pourrait être fait pour remédier à ces dysfonctionnements.

Share This