L’essentiel du texte qui a accompagné notre première vidéo sur les pistes cyclables
La circulation en ville, voilà un dossier incontournable dans les élections municipales. Si nos informations sont bonnes, nous sommes aux alentours d’un budget d’un million d’euros par an pour notre commune et soyons clairs il n’y a, à notre avis, pas lieu à polémique quant à ce montant. Impossible bien sûr dans des vidéos de ce genre d’évoquer en détail l’ensemble des aspects de cette question… mais vous allez voir que nous pouvons en saisir un qui les traverse tous et pour lequel le moins que l’on puisse dire est que le bilan de la municipalité est très très insatisfaisant !!!

Encore une fois, ce sujet est suffisamment important pour que nous prenions tout d’abord le temps de bien le cadrer. Et comme il est question de circulation le prétexte est tout trouvé pour vous emmener faire une petite balade.

Premier point de cadrage
Voilà incontestablement un dossier qui relève presque exclusivement du pouvoir du Conseil municipal non ? Difficile de se cacher, de mettre en avant des facteurs extérieurs comme nos élus ont une fâcheuse tendance à le faire.

Deuxième point de cadrage
Vous serez je pense d’accord pour considérer ce champ d’action comme étant de première importance tant ses incidences sont nombreuses : attractivité de la ville, sécurité des usagers, empreinte écologique, coûts (nous le disions un million d’euros), qualité de vie, trottoirs, voirie, plans de circulation, stationnement, mobilités diverses, accès aux différents zones… tellement d’incidences que l’on s’aperçoit rapidement qu’il est un élément déterminant dans la structuration de la ville elle-même.

Enfin, troisième et dernier point de cadrage
Chacun admettra qu’en la matière rien ne peut être envisagé autrement que sur le long terme. Cela tombe bien, nos élus sont en place depuis 20 ans, assezpour que l’on puisse tirer un bilan de leur action.

Là je pense que nous avons bien cadré le dossier !

Avant d’envisager la suite, nous allons nous livrer à un petit moment de réflexion individuelle pour chercher ce qui manque à notre ville en matière de circulation. Mais il n’est pas besoin de s’y attarder trop… C’est évident…

Eh oui ! Incroyable, pas un mètre de piste cyclable… enfin pas un mètre j’exagère peut-être ! Mais l’équivalent de rien en tout cas ! Au regard de toutes les contraintes qui sont attachées à la circulation, c’est totalement incohérent, inadmissible, irresponsable… Pas un mètre de piste cyclable !!! Depuis que nous sommes entrés dans le 21ème siècle, aucun aménagement pour la circulation en vélo !!! Soyons tout à fait honnête, nous avons vu apparaître ces derniers temps quelques équipements pour les attacher. La belle affaire !!!

Alors on a entendu très récemment de nombreux élus pousser des cris d’orfraie (et ils ont raison) lorsque le maire a incité à acheter de l’eau en bouteille, un autre quant à lui a tenu à être bien en vue au devant de la marche pour le climat, au point de Twitter très rapidement une photo de lui même présent à cet événement. Eh ! Oui, quand on est une femme ou un homme politique, comment passer à côté de la posture écologique aujourd’hui ? Mais soyons clairs mesdames et messieurs les guérétois, en matière de piste cyclables, incontournable en la matière, majorité, opposition, maire, adjoints-es, conseillers-ères il y a ceux qui n’ont rien fait et ceux qui n’ont rien dit !

Et pourtant tous se gargarisent de valeurs sociétales ! En la matière comme en bien d’autres, c’est manifestement avant tout le discours qui compte !!!

=> « Vélib »

En ville, il faut expérimenter les « Vélib ». La société Ecovélo par exemple, une start-up nantaise, propose des solutions pour de (très) petites villes. Elle a déjà équipé des villes comme Etel, Avon, Aradon, Domfront en Poiraie, Les Herbiers… des villes de 2 000 à 15 000 habitants. La topographie de la ville de Guéret ne nous est pas favorable, certes… mais cela fonctionne à Limoges avec des vélos classiques et d’autres à assistance électrique. Pourtant Limoges n’est pas particulièrement équipée en pistes cyclables, ce que nous projetons de faire, et la topographie n’y est pas partout favorable non plus.

Appuyons-nous sur les multiples expériences, services déjà existants dans d’autres villes.

Cusset, Chatel-Guyon… ont développé des systèmes de « Vélib ».

=> Aides

Le budget accordé pour aider à l’acquisition de vélos à assistance électrique doit être clairement augmenté. Il n’est que de 1 000 € actuellement, c’est à dire 10 aides de 100 € !

=> Communication

Et il faudra évidemment multiplier les initiatives de promotion de la pratique du vélo, auprès des jeunes notamment, en nous appuyant, entre autre, sur l’expérience et la motivation des associations locales qui oeuvrent déjà en la matière, comme Guéret à Vélo.

Share This