Nous rappelons d’abord que la mise en place des pistes cyclables était déjà à notre programme en 2014 et que manifestement cela n’a inspiré personne à l’époque.

Nous avons clairement indiqué nos intentions à cet égard dès le mois d’octobre et nous sommes heureux, à l’instar de la réouverture du Petit théâtre, d’être désormais suivis par d’autres.

Nous entendons encore dire que « il n’y pas beaucoup de cyclistes à Guéret ! ». Mais en la matière, comme en tant d’autres, c’est avant tout de volonté politique dont nous avons besoin et nous avons affirmé la nôtre.

Il est important de savoir que la majorité actuelle avait voté une ligne budgétaire de 1000 € par an pour subventionner l’achat de VAE en 2019, ce qui en dit long sur l’engagement réel d’une majorité qui se dit pourtant volontiers d’une coloration verte.

 

Nous sommes convaincus que ce sont les pistes cyclables qui font pousser les cyclistes !

Par ailleurs lorsque vous interrogez les vendeurs de vélos ils vous disent tous que les ventes de VAE ont bondi ces dernières années.

 

Les mobilités douces doivent être envisagées dans le cadre d’un plan global :

  • Le point de départ de ce plan global doit être de redessiner les plans de circulation pour que soit enfin accordée sa juste place aux mobilités douces dans une ville moderne, soucieuse de son impact écologique.
  • Il doit prévoir également des zones de stationnement spécifiques équipées et si possible protégées.
  • A des fins de sécurité il faut déployer une vaste campagne de communication, parce que les règles de circulation changent, de nouvelles signalisations apparaissent… ce qu’à Eperney ils ont appelé le « Code de la rue » par exemple. Pour info c’était en 2011, c’est dire le retard que nous avons pris ! Cette communication doit s’adresser tant aux cyclistes qu’aux automobilistes et même aux piétons, donc à tout le monde.
  • Ce plan définira aussi les modalités de subventionnement à l’achat de VAE et éventuellement d’autres engins de déplacement doux comme les trottinettes électriques, peut-être des partenariats avec des vendeurs, pour l’achat, l’entretien…

 

Nous avons lu récemment que les pistes cyclables coûtaient cher. Lorsque l’on a envisagé un parc aqualudique à 15 millions d’euros, on n’est pas à une ineptie près !

Peinture, panneaux de signalisation, équipements de stationnement, et communication, voilà les principaux postes de dépense ! Par ailleurs les exemples et donc les expériences sur lesquelles nous pourrons nous appuyer sont légion ; inutile de réinventer la roue. Nous en inspirer limitera nécessairement les coûts.

 

Ce qui coûte un peu en réalité c’est l’étude des nouveaux plans de circulation, mais elle sera de toute façon indispensable dans le cadre de la redynamisation du centre ville.

La véritable question qui se pose est celle de la volonté politique ! La majorité en place et sa composante EELV ne l’ont pas eu du tout, les listes qui semblent s’en dégager aujourd’hui nous semblent assez frileuses, malgré les nuances de vert !

 

 

Notre position est claire et très volontariste en la matière, avec Un Nouveau Souffle Pour Guéret la ville sera équipée en 2026 d’un large réseau de mobilités douces.

Share This