Si la Ville de Guéret n’a pas augmenté les impôts des particuliers, durant la dernière mandature, il n’en est pas de même de l’agglomération du Grand Guéret.

Les taux de TH et de CFE, deux des trois impôts significatifs sur lesquels l’organisme jouit d’un pouvoir de taux avec la TEOM, sont supérieurs aux moyennes de comparaison

La mesure de dégrèvement progressif, en trois ans, de 80 % des ménages, instaurée par l’article 5 de la loi de finances pour 2018, ne prive pas les communes et les EPCI de leur pouvoir fiscal. Étalé sur trois ans (30 % dès 2018, 65 % en 2019 et 100 % en 2020), le dégrèvement sera financé par l’État dans la limite des taux et des abattements en vigueur pour les impositions de l’année 2017 et uniquement pour la résidence principale.

Cette mesure gouvernementale est particulièrement favorable pour Guéret, qui avait une taxe d’habitation trop élevée, ce qui était pénalisant pour l’attractivité de la ville.

Une délibération du 12 avril 2018 a porté le taux de TEOM de 7,58 % à 7,84 % pour Guéret

La mise en place de la taxe GEMAPI en 2018 a engendré 135 K€ de produit fiscal

Après les élections, mise en place de la TEOM incitative, votée en 2019. Cette taxe va surtout pénaliser ceux qui ne trient pas leurs déchets, c’est logique, ceux qui n’ont pas de composteur, mais aussi, ce qui est injuste, les familles nombreuses.

Nous sommes conscients qu’en raison de la progression importante des dépenses engagées sur la dernière mandature par la communauté d’agglomération et sans mutualisation des moyens, de gros efforts seront nécessaires pour redonner une gestion saine à cette collectivité.

En matière de fiscalité, pour que notre territoire devienne attractif pour les entreprises et les personnes, nous sommes favorable à une modération fiscale que nous mettrons en place grâce à une mutualisation des moyens.

 

 

Share This