LE CONSTAT

Reconnaître qu’il y a des problèmes de sécurité à Guéret est déjà un bon pas de franchi. Il est malheureux qu’il ait fallu attendre autant. Pour beaucoup d’élus lorsque l’on parle de sécurité on est vite catalogué à droite, voire très à droite ! Cette confiscation du discours est malheureuse parce qu’elle empêche de regarder les problèmes en face et d’intervenir rapidement, avant que la situation ne se dégrade vraiment. Or c’est ce qui s’est produit à Guéret.

A titre d’exemple je peux faire référence, lors d’un dernier conseil municipal, aux mots de M. CEDELLE, premier adjoint. Interpelé par M. PHALIPPOU sur la dégradation de certains panneaux de signalisation, plutôt que d’utiliser le terme de pistolet à grenaille ou de carabine à plomb il a dit « engins à plomb » !!!

Des actes de délinquance qui nous ont marqué, le dernier en date avec la vandalisation de l’école Jacques Prévert, mais aussi une multiplication d’incivilités et plus encore une multiplication d’attitudes : du bruit, des attitudes, des regards, des regroupements dans le centre ville et alentours, un stationnement anarchique…

Il aurait été préférable de ne pas les laisser s’installer en faisant mine des les ignorer, paralysé par la bien pensance de gauche. Et comme souvent d’ailleurs ces dénis viennent de ceux qui ne sont pas concernés, qui ne vivent pas ce centre-ville, qui s’expriment avec des idées toutes faites et qui ne leur coûtent rien puisqu’ils n’ont pas à en subir les conséquences, jusqu’à ce qu’ils retrouvent un de leur rétroviseur cassé à la sortie du cinéma, du restaurant ou d’une soirée chez des amis…

Nous avons perdus notre quiétude qui faisait pour beaucoup dans le «faire bon vivre » à Guéret, et il y a des responsabilités…Il suffit d’observer le laisser faire en matière de stationnement…

LES SOLUTIONS

Une police municipale : clairement la commune n’en a pas les moyens pour le moment. Si les efforts de mutualisation des services avaient été réalisés avec la Communauté d’agglomération (et je rappelle que M. Vergnier a eu toutes les cartes en main pour le faire lors du précédent mandat et qu’il pouvait parfaitement le faire avec M. Correia élu de sa majorité à la Présidence de la Com d’agglo si l’un et l’autre avaient su passer au dessus de leur querelles personnelles…) la commune de Guéret serait aujourd’hui en capacité d’offrir un meilleur service public de sécurité ! Nous pouvons l’envisager lorsque nous aurons dégagé ces marges de manœuvre. Il restera bien entendu à définir les missions de ces agents (présence sur le terrain, prévention, médiation plutôt à notre avis), leurs moyens, leurs attributions et les modalités de coopération avec les autres services de la ville et la police nationale et la gendarmerie.

Renforcer l’équipe de médiation est aussi une piste à explorer avec le médiateur de la ville.

Une vidéo protection en attendant, pour sécuriser certains espaces et des équipements publics. Une vidéo protection dont le recours serait limité à l’identification d’auteurs de délits (donc consultée seulement en cas de commission de délit). Mais attention parce que l’on sait le risque de voir se déplacer les problèmes d’insécurité et la tentation de toujours plus surveiller et donc les risques d’atteinte aux libertés. Donc oui, mais avec pragmatisme, mesure et vigilance.

Il ne faut pas oublier que le maire lui-même dispose d’un pouvoir de police. Il peut par exemple verbaliser les infractions au code de la route. Nous avons dénoncé par exemple le stationnement irresponsable des parents à proximité des écoles.

Share This