Notre vision globale et cohérente pour retrouver une ambiance accueillante et dynamique dans notre centre-ville, le ré-enchanter !

Nous en sommes à 5 ou 6 diagnostics réalisés sur le centre-ville depuis le début des années 2000 ! Pour quels résultats ? D’autant plus que les conclusions nous les connaissons tous. Pas besoin de payer un cabinet d’experts pour cela : la place Bonnyaud qui n’est pas une place mais un parking, pas d’espace pour les terrasses, l’émiettement de l’offre commerciale, des bâtiments insalubres ou peu entretenus, l’insuffisance d’animation du centre ville, la quasi absence de verdure, les nombreuses ruptures dans la circulation à pied, l’insuffisance de perspectives visuelles, trop de logements et de commerces désertés, un stationnement mal géré. Les horodateurs coûtent plus qu’ils ne rapportent. Leur efficacité est remise en cause par le manque de rotation des véhicules et l’effet « payant » repoussoir.

Il faut concevoir le centre-ville comme un endroit où les personnes vont aimer se promener, passer du temps, vivre un moment de loisirs en famille ou entre amis. Faire ses achats en centre-ville participe presque toujours de cette démarche et cette tendance ira en s’accentuant. Si l’achat est la seule intention du consommateur alors il se tourne souvent vers les processus de consommation les plus rapides : e-commerce, zones commerciales…

En marketing, c’est ce que l’on appelle l’expérience de consommation, et plus particulièrement ici l’expérience d’achat. Chacun cherche à vivre le plus de moments agréables et c’est cet agrément qu’il faut donc pouvoir proposer en centre ville.

Cela induit plusieurs lignes conductrices :

  • Le centre ville doit offrir un cadre agréable, facilement accessible, dans lequel les déplacements à pied d’un endroit à l’autre sont facilités, fluides.
  • Le sentiment de sécurité est déterminant aussi. Quel que soit le cadre, si les personnes ne se sentent pas en sécurité, elles ne viennent pas ou y passent le minimum de temps nécessaire. La saleté, le bruit, les barrières de sécurité… participent à ce sentiment. Le centre-ville a besoin de passants apaisés, qui cheminent doucement avec un plaisir qui se lit sur leur visage.
  • Le centre-ville doit proposer quelques « lieux » clés (pour nous il s’agirait de la place Bonnyaud, de la place du marché, du jardin public avec derrière le musée, et enfin de la place Varillas avec en face le square Jorrand). Ils doivent être par eux-mêmes attractifs.
  • Aménager des voies de circulation (piétons et/ou cyclistes) entre ces différents « lieux » clés.
  • L’ensemble doit conduire à des parcours type « naturellement », fluidement empruntés par les promeneurs.

Toute rupture dans ces cheminements est un frein à la fréquentation du centre ville. Une rupture cela peut être une rue à traverser, un passage un peu étroit, une rupture visuelle, une discontinuité commerciale… On peut rapidement observer de ce point de vue que la Place Bonnyaud est entourée de ruptures !

Ce cadre posé, il faut aussi aménager le centre-ville pour drainer les flux dans sa direction et inciter les promeneurs à y passer plus de temps. Le projet de halles ou encore la réouverture du Petit théâtre font partie de ces aménagements. Il en est de même du Kiosque à musique ou encore du jardin pour enfants. Autant de lieux qui peuvent être envisagés positivement par celles et ceux qui envisagent de venir dans le centre-ville. C’est ce que l’on appelle l’expérience d’anticipation. La personne envisage positivement sa venue parce qu’elle sait qu’elle va pouvoir passer un peu de temps agréable ici, un peu de temps agréable là, voir ceci ou cela… A l’heure actuelle cette expérience d’anticipation pour notre centre-ville est au minimum désenchantée. Dans notre dépliant de programme, nous avions d’ailleurs hésité à parler de ré-enchantement. Si vous pouvez faire venir plus de personnes et que vous leur proposez un centre ville agréable, une bonne partie du chemin est faite.

Nous programmons :

  • L’élargissement des terrasses, pour que les exploitants disposent de plus de place sans que cela n’empiète sur les espaces dédiés aux piétons, aux poussettes et aux fauteuils roulants ;
  • Mise en place de poteaux collecteurs de mégots, de toutounettes ; Des amendes dissuasives après une nécessaire information,
  • La réduction de la circulation automobile, pour offrir des passages vraiment tranquilles, sécurisants pour les parents avec leurs enfants ;
  • La création de halles pour renforcer notre marché et accueillir des événements ;
  • Le verdissement de nos rues piétonnes ;
  • Le déploiement d’un large réseau de pistes cyclables ;
  • Le décloisonnement de la place Bonnyaud pour offrir ces perspectives qui attirent l’oeil puis les jambes

Cette programmation est réfléchie autour de cette logique. Une logique qui doit nous inspirer pour des actions cohérentes à la fois dans l’espace et dans le temps.

Il manque encore un étage à cet édifice : Celui des animations. Le kiosque à musique peut en apporter, les halles pourraient en accueillir : concerts, marché de noël, petits salons (livre, antiquité, brocante, jeux,..). Nous proposons de multiplier les retransmissions d’événements sportifs sur la Place Bonnyaud, une soirée festive mensuelle de mai à septembre, les lieux d’exposition doivent également être investis dans ce sens. Et nous donnerons les moyens d’organiser des animations au comité des fêtes et aux autres associations. Nous collecterons les idées d’animations de toute la population.

Voilà des propositions qui combinent plusieurs objectifs : animer le centre-ville, renforcer la mixité, respecter les contraintes de dépenses publiques, impliquer nos concitoyennes et concitoyens…

Dernière petite chose, pensons aux souvenirs que les touristes peuvent ramener et qui constitueront pour nous une bonne communication gratuite. Les recommandations personnelles sur les réseaux sociaux présentent des indices de confiance supérieurs aux autres médias. Il faut donc aussi savoir trouver de petits aménagements qui étonnent, retiennent l’intérêt, suscitent des photos qui circuleront sur les réseaux et marquent un peu les esprits. Là encore vous observerez aisément que certains aménagements proposés vont dans ce sens.

Des éléments existent dans notre patrimoine, encore faut-il les connaître et les indiquer. Mais nous pouvons également le faire autour des plaques commémoratives dédiées à tous ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie pour libérer Guéret par exemple. Les équipements en bancs aussi peuvent servir à cela, à condition d’en trouver de très originaux. Par exemple la ville de Mende s’appuie sur tout un ensemble de petites fontaines, Avignon sur les niches et statuettes dans les façades…

Centre-ville ou zone commerciale ? Les deux mon capitaine !

Il n’est pas très pertinent d’opposer le centre-ville et la zone POPA, parce que ce ne sont pas du tout les même logiques qui sont à l’oeuvre. Les personnes se rendent dans cette zone commerciale (et non pas centre commercial) avec une idée assez claire de ce qui les intéresse en terme de consommation. Elles y achètent si elles trouvent ce qu’elles sont venues chercher (mais en général elles y vont parce qu’elles savent qu’elles vont trouver), puis repartent. On s’y rend donc avant tout pour consommer.

Les clés de la réussite se trouvent dans la facilité d’accès, la signalétique, la facilité et la gratuité du stationnement et une offre assez large et diversifiée. Le centre-ville, on doit y aller avant tout pour passer du temps, un moment de loisirs en famille ou entre amis. Ces deux logiques sont complémentaires. C’est davantage notre société de consommation matérielle qui est à interroger.

Certains aujourd’hui reprochent à cette zone d’avoir fait perdre des clients au centre-ville. C’est sans doute un peu vrai. Mais cela a créé plus d’une centaine d’emplois et empêché qu’une partie de cette consommation ne parte vers Montluçon ou Limoges… En réalité ce qui a le plus manqué au centre-ville c’est un plan global de soutien. L’intervention des pouvoirs publics y est légitime, parce qu’un centre-ville agréable, animé et sécurisé relève de l’intérêt général.

Share This