Un nouveau souffle pour Guéret, c’est permettre à chacun d’accéder aisément à une offre de soins large, de qualité et préventive

  • OUVRIR UNE MAISON DE SANTE PLURI-PROFESSIONNELLE

Il n’y a plus que neuf médecins généralistes libéraux à Guéret, contre quinze il y a quelques années. En 2017, la Creuse comptait 103 médecins généralistes libéraux contre 150 au début des années 2000. Pis : 44 % des généralistes du département sont âgés de 60 ans et plus. La nécessité d’ouvrir une Maison de santé pluri-professionnele (MSP) a été identifiée depuis plusieurs années à Guéret. Le projet a été abandonné en 2018 par l’agglo GG qui a monté celle de Saint Vaury, la seule existante dans l’agglo.

Une maison de santé pluridisciplinaire est une structure où travaillent de manière coordonnée des médecins et des auxiliaires médicaux. L’idée est de créer un espace dédié à la coordination des soins au plus près de la population pour attirer et conserver les médecins et auxiliaires.

Les professionnels doivent élaborer un projet de santé attestant de la coordination de leur exercice et soumis  l’ARS

Les MSP sont financées par des fonds publics grâce un contrat pluriannuel d’objectifs passé avec l’ARS. Les praticiens restent libéraux et paient un loyer à la collectivité.

  • SOUTENIR L’OFFRE HOSPITALIERE PUBLIQUE ET PRIVEE
  • FACILITE LES DEPLACEMENTS DES PERSONNES A MOBILITE REDUITE
  • CONTINUER D’ACCROITRE LA PART DE PRODUITS BIO ET LOCAUX DANS LES CANTINES SCOLAIRES ET POUR LES REPAS DE NOS AINES
  • FAVORISER LA PRATIQUE DU VELO ET DE LA MARCHE DANS LES PETITS DEPLACEMENTS QUOTIDIENS
  • SUPPRIMER LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS DANS LES STRUCTURES D’ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

Les perturbateurs endocriniens Ce sont des substances chimiques qui interfèrent avec le système endocrinien (ensemble des organes et tissus qui sécrètent des hormones) et engendrent des dysfonctionnements au niveau de la croissance, du développement, du comportement ou encore des fonctions reproductrices. On retrouve les perturbateurs endocriniens dans de nombreux objets de la vie quotidienne : plastiques, pesticides, conserves, aliments, tickets de caisse… Les plus connus sont le bisphénol A (interdits dans les contenants pour bébé depuis décembre 2012 et dans tous les contenants alimentaires depuis janvier 2015) et les phtalates. Les perturbateurs endocriniens impactent à la fois la santé de l’homme mais aussi l’environnement. La réduction des perturbateurs endocriniens est identifiée par le gouvernement comme l’une des dix priorités dans le troisième plan national Santé Environnement 2015-2019.

Share This